[Film] Pride de Matthew Warchus

Fiche technique du film :

Date de sortie : 17 mai 2014
Durée : 2h
Réalisateur : Matthew Warchus
Genre : Comédie, Drame
Nationalité : Britannique

Synopsis :
Eté 1984 – Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs vote la grève. Lors de leur marche à Londres, un groupe d’activistes gay et lesbien décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble embarrassée de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas. Après avoir repéré un village minier au fin fond du pays de Galles, ils embarquent à bord d’un minibus pour aller remettre l’argent aux ouvriers en mains propres. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose qui s’unissent pour défendre la même cause.

Mon avis :
Mardi soir chez moi, c’était cinéma improvisé. Mon père, qui avait envie de décompresser un peu avant de reprendre le boulot, avait été tenté par ce film, soi-disant meilleur comédie de l’année pour AlloCiné. J’avais vu par hasard la bande annonce aux cinéma et avais bien rigolé, mais sans grande envie de le voir. On va dire que je ne connaissais pas encore Ben Schnetzer, mais depuis que j’ai lu et vu la voleuse de livre (adaptation dans laquelle l’acteur joue le rôle de Max, le jeune juif qui se cache dans la cave de Liesel), j’avais envie de voir les autres films dans lequel il jouait, tel que Pride.
Lorsque le film a démarré, je m’attendais à une bonne grosse comédie comme les anglais savent les faire, du moins c’est comme ça que mon père nous l’avait vendu. Mais dès la scène où Mark et les autres décident de créer pour de vrai leur groupe de soutient aux mineurs et parlent des manières dont ils ont déjà été « persécuté », je comprend pourquoi à côté de comédie, il y a le mot drame de le genre du film.
Comme dit plus haut, dans ce film, situé en 1984 et inspiré d’une histoire vrai, c’est tout d’abord l’histoire d’un groupe d’homosexuel qui décident de créer leur groupe de soutient aux mineurs ( ceux qui creusent, pas les enfants, je dit ça je dit rien, mais mon frère a eu un peu de mal à comprendre x) ), qui décideront par la suite d’aller leur donner l’argent récolter en main propre à ce village au fin fond du pays de Galles. J’ai eu un peu de mal a comprendre pourquoi ils faisaient ça alors que eux-même avait besoin d’aide, mais c’est peut-être du au fait que je soi blonde ça je pense, rien de bien grave…  Dans ce village, qui va d’abord avoir du mal à les accepter, de véritable amitié vont se former entre des personnalités que tout oppose, rapprochées par un même but. Ces amitiés apporte vraiment le côté humoristique de ce film.
Mais Pride a aussi un côté émouvant, que l’on ne peut ignorer. L’arriver du sida dans les années 80 va frapper de plein fouet le film, et l’acceptation ou non de ces homosexuels par leur famille va également nous toucher. Ces personnalités attachantes, clichés ou non mais on leur pardonne bien, sont toute différentes et il est je pense impossible de ne pas s’identifié à l’une d’entre elles, et chacun nous apporte un point de vu différent sur ce qu’est d’être un gay ou une lesbienne dans les « Golden eighties ».
Pride m’a surpris, faire rire et m’a également ému, je ne regrette pas une seconde de l’avoir regarder, Pride se rapproche de très près pour moi du coup de coeur !

Note : ♥♥♥♥♥
Excellent!