[Livre] Poisson-Lune d’Alex Cousseau

Couverture Poisson-Lune

Fiche technique du livre :
Auteur : Alex Cousseau
Genre : Littérature Jeunesse
Année d’édition : 2004
Edition : DoADo / Edition de Rouergue
Langue : Française
Nombre de pages : 127 pages

Résumé :
On le surnomme Mirô, comme le peintre.
Mais lui, les couleurs et les formes, il peut juste les sentir, les toucher, les imaginer : il est aveugle. Depuis toujours. Ça ne l’empêche pas de voir la vie du bon côté, entouré de Paluche, Luca et Nino, ses amis de toujours, et de son chien Bolo. Et puis surtout, il y a Luce, la nouvelle voisine. Lui l’appelle Lune. Mais à quoi ressemble-t-elle ? Est-elle jolie ou moche ? Et lui, a-t-il vraiment une tête d’ange, comme dit Nino avec un brin d’ironie ? Le plus important n’est peut-être pas ce que l’on voit…

Mon avis :
Je n’avais pas prévu de le lire si rapidement. Je l’avais emprunté au CDI pour l’avoir sur moi pour quand j’aurai fini celui d’Emily Brontë, dans longtemps quoi mais bon, j’avais pas envie de le voir emprunter quand ça aurait été bon. Mais hier dans la salle d’attente du médecin, ces 127 pages m’ont été très utile !
Ce fut mon premier roman d’Alex Cousseau. Ça fait du bien de relire un roman jeunesse, car cela fait un petit bout de temps quand même que je n’en n’ai pas lu… J’ai bien aimé ce livre, mais pas non plus adoré en fait…
En lisant la 4ème de couverture, on pense que le livre va surtout être tourné sur son histoire d’amour avec Lune. Mais en fait, ces surtout sur les aventures assez extraordinaires que Miro va vivre avec ces amis ainsi que l’histoire de leur ami Paluche, qui, malheureusement, ne peux pas faire face à la vieillesse, aux choses de la vie. Ce livre apporte aussi une narration assez nouvelle, car le personnage principale raconte l’histoire en passant par son chien, bref, il parle à son chien et c’est ça qui noirci ces pages auparavant blanches. La relation entre ces deux-là est d’ailleurs extrêmement touchante.

L’humour de ces personnages apporte de la légèreté à ce livre, et l’handicap du jeune garçon est traité depuis son point de vu à lui, celui d’un jeune garçon de 14 ans qui n’a jamais rien connu d’autre que la nuit. Et malgré ça, l doit également faire face à des sujets difficiles, comme la mort, qui amène avec ces mots  à lui, des mots qui provoque pas mal émotion. Et Miro continu pourtant à prendre les choses du côté positif, malgré tout.

Même si je n’ai pas été réceptive à ce texte, j’ai quand même beaucoup apprécié et ces un roman jeunesse ( à partir de 12 ans) je conseille avidement, car on ne peut pas rester indifférent à l’histoire de Miro et ses amis.

 Ma note :  ♥♥♥
Bon livre!

Publicités